Pour une archive de la mémoire féminine – Lundi 16 avril

CAER – Axe 4 – Journée d’études –

14h Salles des colloques 1

 

Pour une archive de la mémoire féminine:femmes artistes, femmes scientifiques et lectrices, ou simplement des femmes

Cette journée d’étude a pour but d’ajouter quelques pièces importantes à la mémoire des femmes à travers l’exemple des destins des femmes, souvent célèbres protagonistes du passé, puis tombées dans l’oubli ou jamais reconnues dans leur rôle. Des femme qui ont néanmoins pu « Créer des fresques insoutenables » du moment historique qu’elles ont vécu ainsi que de leur climat culturel. Ce sont des femmes qui ont été le plus souvent ignorées, contraintes au silence et dont la parole et le geste ont néanmoins ouvert des espaces de liberté. Elles ont dénoncé la condition qu’elles ont vécue ou observée à distance.

Entre expériences et autoreprésentation ou même en tissant un jeu protéiforme de miroirs, elles parlent d’elles mêmes. L’écriture privée est souvent le seul espace qui leur est réservé. De plus, leur travail a parfois été mal compris par commodité ou il a été mis à l’écart par une culture, la culture patriarcale, qui craint de trouver un concurrent dangereux. L’art graphique ou pictural, dont leur génie est capable, provoque le mécontentement et le scandale; leurs choix de vie font souvent de même : elles ont le courage d’être contre qui veut redéfinir la relation entre les espaces existants et les topographies imposées d’en haut. Ce sont des voix littéraires, des voix qui racontent la vie culturelle, politique et sociale, différentes par typologie et âge, par leur contexte culturel et social, mais liées les unes aux autres simplement parce qu’elles sont des femmes capables et conscientes, capable d’observer de manière critique le réel.

Les contributions que nous allons présenter montrent la possibilité de la redécouverte, de la création d’une cartographie du féminin visant à une expansion des archives de leur mémoire. Les discours littéraires / artistiques (musique, peinture, théâtre, cinéma et bande dessinée), les discours littéraires / scientifiques, les lieux, les environnements et les réalités sociales, les symboles et stigmates liés à leur rôle, ainsi que les mythes et mythologies seront au centre des analyses présentées.

 

14h
Monica Biasiolo (Universität Augsburg)
Utopia e disincanto: Excursus su società altre concepite e presentate da alcune autrici come altrovi possibili

15h
Daniela Bombara (Università di Messina) Memorie culturali, ‘buone’ letture e costruzione dell’identità in scrittrici siciliane fra ‘800 e ‘900

16h
Antonella Mauri (Université de Lille) Le memorie dimenticate. Tracce autobiografiche in documenti atipici

17h
Laura Nieddu (Université Lyon 2)Quando la memoria è un bagaglio non solo familiare. « La doppia radice » di Luciana Floris

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.