Penser par images. Entretien avec Ivo Milazzo – 14 novembre, 14h, Maison de la recherche.

Penser par images. Entretien avec Ivo Milazzo

 

Projet proposé par Andrea Natali (CAER) en collaboration avec Virginie Sauva (CAER) et Yannick Gouchan (CAER)

 

Date et lieu prévus

14 novembre, 14:00 h, Maison de la recherche.

 

Présentation

 

La journée prévoit  est un entretien avec Ivo Milazzo, l’un des plus célèbres dessinateurs italiens contemporains. L’évènement représentera une intersection entre les sujets de la recherche de l’Axe 2 et de l’Axe 3 du CAER. L’œuvre d’Ivo Milazzo se prête en effet tant aux travaux sur l’intermédialité que, évidemment, aux travaux sur la BD.

Devenu célèbre grâce à la saga western Ken Parker, qui constitue une véritable révolution du genre western et du rapport conventionnel propre à la BD entre l’image et le texte, Ivo Milazzo se consacre ensuite au roman graphique. Les sujets de ses travaux sont les plus disparates : musique, cinéma et histoire. Les romans graphiques « Uomo Faber », consacré à De André, et « Un drago a forma di nuvola », un film « en papier » réalisé avec Ettore Scola, la direction du volume « Garibaldi » commandé par le Ministère des affaires étrangères à l’occasion du bicentenaire de sa naissance et les histoires « La cura » et « Il postino » pour l’œuvre en deux volumes « Storie d’Italia » dédiée aux 150 ans de l’unité de l’Italie, pour n’en citer que quelques-uns.

Depuis 1998 jusqu’en 2010 il a enseigné « Techniques de la BD et de la lecture des images » à l’Académie des Beaux-Arts de Carrara. Depuis 2011 il est président de l’Association « Autori di immagini ».

 

Format

L’entretien aura la forme d’une interview et prévoira l’affichage des certains dessins de l’auteur. Le but consiste à réaliser un évènement avec un format maniable et accessible de manière à pouvoir impliquer aussi les étudiants d’italien.

 

Structure et collaborations

(Andrea Natali) Après une brève présentation, je poserai à Ivo Milazzo des questions qui concernent la réécriture et l’intermédialité. Cette première partie de l’interview sera articulée en trois axes thématiques :

  1. le rapport avec le cinéma
  2. la modalité avec laquelle la technique cinématographique utilisée dans la narration repense le rapport entre l’image et le texte dans la BD
  3. le roman graphique « Un drago a forma di nuvola »
  4. le rapport avec la musique
  5. la musique comme langage : l’insertion de la partition musicale dans la BD
  6. la possibilité gardée par la BD de raconter la musique dans le roman graphique « Uomo Faber »
  7. l’idée de genre
  8. la réécriture du genre Western dans la BD : Ken Parker, l’antihéros
  9. la mise en image de la parodie du genre littéraire : l’inachevé Don Quichotte
  10. un genre dans un genre : le genre western héberge le roman giallo et ses plus célèbres figures dans « Boston »

___________________________________________________________________________

 

 

(Virginie Sauva) Afin de prolonger et d’enrichir l’interview de Andrea Natali faite à Ivo Milazzo, je lui poserai des questions sur ses pratiques de dessinateur et sur le lien entre texte et dessin dans les romans graphiques qu’il a illustrés :

– quelle est la part de recherches documentaires, d’archives, etc. pour ses ouvrages traitant de l’Histoire ? Quelle est la distance prise par rapport à ses sources d’inspiration ?

– quel rapport entretiennent le texte et les illustrations de ses romans graphiques ?

– sans suivre la plume de ses scénaristes, rien qu’en regardant ses dessins, nous pourrions souvent comprendre l’histoire. Comment travaille-il graphiquement la charge narrative ?

– comment aborde-il la technique du cadrage et celle du découpage ?

– qu’essaie-t-il de privilégier dans chaque case ?

 

(Yannick Gouchan) Je pourrai apporter une contribution d’ordre didactique à destination des étudiants qui se destinent à l’enseignement et des enseignants présents lors de la manifestation. Il s’agira de poser des questions à l’auteur sur la manière dont il conçoit la réception de ses dessins et de ses productions multiples :

-le graphisme est-il au service du texte ou vice-versa ? Quel rapport de complémentarité peut-on établir entre les deux ?

-a-t-il déjà participé à des rencontres avec des élèves du Secondaire en Italie ?

-comment envisage-t-il l’utilisation de ses dessins et de ses romans graphiques à des fins pédagogiques (enfants et adolescents) ?

-le roman graphique et le dessin peuvent-ils constituer des moyens efficaces pour la transmission des valeurs aux élèves, au-delà du contenu linguistique et artistique ?

On pourra également proposer des pistes d’exploitation didactique de quelques dessins ou de planches pour des classes de langue vivante italienne en France.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.